Où se cache la marge bénéficiaire dans chaque projet de construction ?

Pour les entreprises générales, gérer un projet de construction rentable peut s’avérer difficile, pour ne pas dire autre chose. Non seulement les marges s’annoncent plutôt minces au départ, mais en plus il y a toujours des incertitudes concernant le déroulement du projet, la fiabilité des estimations et des plans initiaux, ou encore la satisfaction du client face au produit fini. 

Une compétence indispensable à tout entrepreneur est la capacité à planifier et gérer efficacement ses projets. Faute de quoi, il ne survivra pas longtemps dans cet environnement concurrentiel. Mais il y a des petites choses que même les professionnels de la construction les plus compétents et expérimentés peuvent faire pour améliorer la marge bénéficiaire de chaque projet et augmenter leurs chances de succès. Voici trois axes d’action sur lesquels vous pouvez vous concentrer sur votre prochain projet : élimination du gaspillage, planification plus efficace, et amélioration de la qualité, de la rapidité et de la fiabilité. 

Élimination du gaspillage

Dans un projet de construction de taille moyenne, l’inefficacité et la mauvaise gestion des ressources mettent à mal les marges bénéficiaires. Si on considère tous les éléments imprévisibles inhérents à chaque projet, on comprend l’ampleur du problème. 

De nombreuses entreprises attendent parfois plusieurs années avant de se décider à analyser leurs processus en vue d’identifier et de réduire les sources de gaspillage. Pendant ce temps, leurs marges bénéficiaires sont constamment mises à mal par des retouches, corrections ou retards de livraison qui nuisent à leur compétitivité au quotidien. 

En revanche, une entreprise qui a pour priorité d’éliminer les pertes de temps et d’argent aura moins de mal à rester compétitive et constatera à terme une amélioration de la rentabilité des projets du fait du caractère itératif de l’amélioration continue. 

Planification plus efficace

Une fois les inefficacités identifiées, il devient vite évident que nombre d’entre elles peuvent être réduites, voire éliminées, grâce à une planification plus efficace. La VDC, ou conception et construction virtuelles, est la solution par excellence. La VDC consiste à construire virtuellement un projet afin d’identifier des opportunités qui autrement n’auraient pas été visibles. Des gains d’efficacité sont possibles à différents niveaux : préfabrication, vérification du calendrier de construction pour une planification optimale des différents intervenants, coordination des modèles 3D, et estimation. Le recours à la VDC pour identifier les inefficacités et prévenir les problèmes est l’un des meilleurs moyens de planifier plus efficacement les projets.

Si l’analyse fait apparaître que des heures voire des jours de travail productif sont perdus à cause de l’indisponibilité des outils au moment et à l’endroit où les employés en a besoin, il va de soi qu’une planification et une coordination efficaces entre le chef de projet et le responsable magasin pourra résoudre ce problème. De même, si l’atelier de fabrication livre avec du retard parce qu’il n’a pas encore terminé de préfabriquer un composant, une planification plus efficace dès les premières étapes du processus devrait permettre de recevoir le matériel dans les délais. Avec un calendrier précis, vous avez l’assurance que le processus de fabrication démarrera et s’achèvera dans la fenêtre de temps optimale.

Le responsable devis, le service achat, le service des ressources humaines et tout autre service impliqué dans les premières étapes de la planification du projet doivent travailler en étroite collaboration afin d’établir le plan le plus complet et précis possible. La rentabilité du projet en dépend.

Améliorer la qualité, la rapidité et la précision

Outre l’élimination du gaspillage et l’amélioration du processus de planification, toutes les personnes impliquées dans le flux de travail du projet doivent également s’employer à améliorer la qualité, l’efficacité et la précision de chacune de leurs tâches.

Bien que les professionnels compétents et expérimentés sachent généralement faire leur travail avec rapidité, précision et efficacité, des obstacles peuvent se mettre en travers de leur route. Par exemple, des matériaux de moindre qualité, ainsi que des outils et équipements de mauvaise qualité ou mal entretenus peuvent nuire au travail d’ouvriers qualifiés. Cela se traduit par des retouches et des retards sur le calendrier pour corriger les erreurs. Par ailleurs, des délais irréalistes peuvent contraindre les ouvriers à travailler dans la précipitation, au détriment de la qualité et de la précision. A cause d’une planification irréfléchie, il se peut que les professionnels de différents corps de métier aient à travailler les uns sur les autres ou perdent du temps à attendre que les autres aient terminé, les contraignant ainsi à travailler dans la précipitation pour tenir les délais. 

Une prestation de qualité à peine acceptable peut techniquement augmenter la marge bénéficiaire sur un projet, mais elle aura un impact négatif sur la réputation de l’entreprise et sa rentabilité à long terme. 

Pour chacun de ces exemples, de nouvelles technologies du bâtiment sont disponibles afin d’aider les entrepreneurs à identifier les gisements d’amélioration des bénéfices dans chaque projet. 

Vous souhaitez en savoir plus sur l’adoption des dernières technologies ? Consultez notre guide gratuit

Adopter nouvelles technologies