Fiction vs réalité : ce que le BIM est et n’est pas

Le BIM est un terme courant dans l’industrie du bâtiment moderne. Les processus et les pratiques qui composent le BIM ont changé la façon dont les entrepreneurs MEP travaillent depuis plusieurs années déjà. Il fait partie de notre quotidien depuis juste assez longtemps pour créer un climat de confusion concernant ce qu’il est et ce qu’il n’est pas.

Vous savez probablement déjà que le BIM peut rendre un projet plus efficace et plus rentable et que son adoption implique des coûts que les entrepreneurs ne doivent pas négliger. Vous avez certainement aussi entendu dire que celui-ci peut tripler le nombre d’appels d’offres remportés par votre entreprise, augmenter la marge bénéficiaire de chacun de vos projets de 60 % et guérir votre rhume.

Mais comment distinguer la fiction, les semi-vérités et les exagérations de la réalité ?

Ne vous inquiétez pas. Nous sommes là pour ça.

La réalité du BIM

Le BIM implique la création de modèles numériques 3D intelligents pour planifier et gérer des projets de construction. En comparaison avec des dessins et outils traditionnels, le BIM permet de partager un plus grand nombre d’informations exploitables, précises et accessibles avec les différentes parties prenantes d’un projet afin que celles-ci puissent prendre de meilleures décisions plus rapidement.

Mais le BIM va bien au-delà du développement d’images numériques fantaisistes. En effet, il s’agit d’un ensemble de processus métier qui ont un impact sur l’intégralité du projet de construction, des estimations et appels d’offres à la finalisation et la maintenance continue des installations. 

Vous penserez donc bien que l’adoption du BIM implique beaucoup plus que d’embaucher un expert en CAO et d’investir dans un MacBook Pro. Cette nouvelle façon de travailler transformera la livraison, la construction et la conception de projets de différentes manières. Pour les professionnels du secteur MEP, il ne s’agit pas d’une transition à prendre à la légère, mais bel et bien d’une véritable innovation. 

Et à ce stade, c’est aussi une transition que vous n’avez pas les moyens d’ignorer. 

Là où l’on se trompe souvent au sujet du BIM

Avant d’expliquer pourquoi et comment les entrepreneurs peuvent intégrer le BIM pleinement à leur flux de travail, nous devons aborder les mythes et légendes le concernant. 

Vous avez probablement entendu des opinions contradictoires au sujet du BIM, surtout si vous travaillez dans l’industrie du bâtiment depuis plus de 10 ans. D’un côté, nous avons les sceptiques et les détracteurs mal informés, qui avancent les arguments suivants : 

  • Il faut investir énormément d’argent dans des logiciels 
  • Il faut beaucoup plus de temps pour élaborer des plans en 3D 
  • Le BIM, ce n’est que pour les « grandes » entreprises et les « grands » projets
  • Il s’agit du travail de « quelqu’un d’autre », cela ne me concerne pas
  • Le BIM est une menace qui éloigne progressivement les humains de l’industrie du bâtiment
  • C’est juste une autre excuse pour que des tiers puissent se faire de l’argent sur le dos de propriétaires d’entreprise et d’entrepreneurs méritants

De l’autre côté, nous avons les soi-disant « experts », qui vantent les bénéfices du BIM avec un dévouement quasi religieux :

  • Le BIM est la solution miracle à tous vos problèmes
  • Après l’adoption du BIM, les erreurs humaines ne seront plus et toutes les lacunes de vos projets seront comblées
  • Vos marges de profit monteront en flèche instantanément (en supposant que vous ayez la foi, bien sûr)

Tout ce brouhaha est fatigant. La plupart d’entre vous sont confus, épuisés ou sceptiques, ce qui conduit souvent à l’inaction.

La réalité est pourtant très simple. Voyons si nous pouvons sortir de cette « paralysie de l’analyse » qui empêche de nombreux professionnels du secteur MEP de se plonger complètement dans le BIM.

L’adoption du BIM : au-delà de l’effervescence

Fred Mills, co-fondateur de The B1M, a résumé les choses de façon succincte dans un article de blog du mois de décembre 2017 :

« Nous parlerons uniquement de l’utilisation d’outils numériques permettant de simplifier notre quotidien. Il s’agit en fait de rendre les bonnes informations disponibles au bon endroit et au bon moment pour ceux qui en ont besoin. Pour cela, nous avons recours à la technologie : plateformes collaboratives en ligne accessibles à tous les membres de l’équipe, logiciels reliant les dessins aux spécifications et aux données de performance, visionneuses permettant à de grandes équipes d’accéder à ces informations librement, etc. »

Il admet également que l’adoption de cette « nouvelle façon de travailler » est pour beaucoup un changement culturel important. Après tout, toute nouvelle technologie s’accompagne d’une courbe d’apprentissage. Et au-delà de l’apprentissage de la mécanique du BIM, une amélioration de la collaboration et de la communication sera nécessaire dans l’ensemble du flux de travail, ce qui peut parfois être intimidant pour les entreprises qui travaillent encore en silos.

Mais l’adoption du BIM n’implique pas nécessairement qu’un projet demande plus de temps, d’argent et d’efforts. Ce n’est pas forcément plus difficile.

C’est juste différent.

Soyez réaliste

Les professionnels du secteur MEP peuvent parfois être intimidés par l’adoption du BIM. Pour bien vous préparer, vous devez : 

  • Acquérir des outils et des technologies
  • Modifier certains processus métier
  • Former ou embaucher du personnel  
  • Prendre des engagements en ce qui concerne la formation continue et le changement

Il n’est pas anormal de s’inquiéter étant donné que tous ces facteurs représentent un certain investissement. Les propriétaires d’entreprise veulent savoir ce qu’ils peuvent espérer obtenir en retour de leur investissement, et les professionnels de la construction qui envisagent d’adopter le BIM pleinement se posent la même question. 

Au-delà de l’investissement financier, vous devez prendre en compte l’impact de l’adoption du BIM sur vos pratiques commerciales. Ne sous-estimez pas les effets que cela pourrait avoir sur votre productivité et votre efficacité pendant et immédiatement après la transition vers un environnement BIM. 

Enfin, les entrepreneurs auront généralement besoin de recruter quelques nouveaux membres déjà familiarisés avec le langage et le flux de travail BIM. Une formation spécialisée sera parfois nécessaire pour faire passer l’ensemble du personnel de la 2D à la 3D. Il s’agira d’intégrer de nouveaux flux de travail et outils tels que les solutions d’implantation et la modélisation par nuage de points

L’expertise nécessaire pour fonctionner efficacement dans un environnement BIM peut être développée rapidement.

Soyez optimiste

Le BIM est une évolution naturelle de la technologie de la construction. C’est la prochaine étape logique, tout comme la CAO a remplacé les règles en T et les tables de dessin il y a quelques décennies. Ainsi, même si vous devez rester réaliste en ce qui concerne l’investissement que représente l’adoption du BIM, vous devez également en reconnaître la valeur.

Ignorez le brouhaha et les mots en vogue. Pensez à vous et à votre entreprise : Quels en sont les aspects qui pourront aider votre entreprise ? En quoi cela pourrait-il améliorer votre travail ? En quoi cela vous permettra-t-il de satisfaire vos clients et de réaliser plus de bénéfices ?

Lorsqu’il est interrogé à ce sujet, Fred Mills souligne un autre point important :

« Une étude menée à bien par Avanti il y a quelque temps a démontré que ce que j’ai décrit pourrait aider à en finir avec les pertes relatives au processus de livraison de la construction. Des pertes qui représentent actuellement 20 à 25 % de tout ce que nous faisons. Sur une semaine de travail ordinaire de cinq jours, 20 %, c’est une journée complète. Si vous pouviez récupérer ce temps perdu, vous disposeriez d’un jour de travail supplémentaire chaque semaine de votre exercice fiscal. Vous pourriez ainsi travailler plus en dépensant plus ou moins autant, ce qui conduirait directement à une augmentation de vos profits. »

Ainsi, l’adoption des processus et de la technologie BIM pour votre entreprise n’est pas seulement un changement de la façon dont vous abordez le travail. Nous voulons parler de l’augmentation de vos bénéfices.

Dans le secteur MEP, une adoption BIM réussie permet de de minimiser le temps passé à calculer les dimensions des tuyaux, les débits, les gains de chaleur, les niveaux de lux ou encore le cheminement des conduits et de récupérer ainsi ces 20 % en ayant les bonnes informations architecturales et structurelles et les bons critères de performance à portée de main. Il s’agit de travailler avec l’équipe de conception plus tôt dans le processus afin de coordonner, de construire et de tester les données virtuellement avant de se rendre sur le terrain, ce qui permet d’éviter les remaniements coûteux et chronophages. Enfin, il s’agit également d’optimiser les processus d’estimation et d’appels d’offres afin de pouvoir conclure plus de contrats plus rapidement et de façon plus efficace que jamais.

Ce n’est pas que du bla-bla. Ce n’est pas disproportionné. 

C’est la réalité concernant les résultats pouvant être obtenus après intégration du BIM dans votre flux de travail. Pour plus d’informations concernant les différents aspects du BIM, consultez nos livres blancs, vidéos, infographies, etc.